Spécial Seins

L’auteur de l’ouvrage Dressed to Kill,  médecin anthropologue et chercheur américain, désigne le soutien-gorge comme un facteur décisif dans la formation de fibroses, kystes et cancers

Son argumentation repose sur le postulat que les bretelles et surtout la ceinture thoracique des soutiens-gorge exercent une contrition qui entrave la circulation lymphatique et conduirait à son engorgement, et à terme, son empoisonnement.

L’étude de Sydney Singer et  Soma Grismaijer a porté sur 4 730 femmes dont 2 056 étaient en traitement pour un carcinome du sein. 

Elle suggère que celles qui portent leur soutien-gorge 12 heures par jour voient leur risque de développer un cancer du sein augmenter considérablement.

Maintien ou étranglement ?

Le soutien-gorge peut être assimilé à un garrot, surtout quand il est inadapté et mal réglé.

Tout cela entrave la circulation des fluides dans les tissus concernés :

Les capillaires lymphatiques et sanguins, mais aussi les ganglions, sont compressés, 

les tissus sont sous-oxygénés 

les déchets métaboliques ne peuvent plus être évacués

Les conditions d’hypoxie tissulaire et d’acidose métabolique sont dès lors réunies pour la formation d’œdèmes, de kystes, fibrokystes et autres tumeurs.

Prenez soin de votre poitrine

Notre solution, la brassière thérapeutique Fibranova

Découvrez le plaisir d'un maintien léger sans restriction ni contrainte...